Get it off you chest !
Click here to contribute to this web site

 
Read It
Adult Education
Arts & Entertainment
Books
Business
Children
Child Education
City Guides
Communication
English-speaking Lawyers,
Doctors & Dentists
Family
Fashion and Beauty
Finding a Job
Health
Holiday and Travel
Language Schools
Legal and social matters
Making Friends
Moan & Groan
Money
Motoring
Property
Relocation
Restaurants
Settling in
Shopping
Weather
Wine and Food
Worship

Fiona Scott-Roberts,  (Fiona Lazareff)

PORTRAIT: Fiona Scott-Roberts: une Ecossaise lance«Boulevard» par Isabelle Nataf, Le Figaro

A 32 ans, elle vient de creer un mensuel en langue anglaise, destiné aux amateurs d'art de culture et d'information.
Rompue au mondc des affaires, bourlingueuse devant l' Eternel, l'Ecossaise Fiona Scott-Roberts, sous ses allures candides, parvient toujours à ses fins. Mais sans avoir l'air d'y toucher.
Aujourd'hui, à 32 ans, parce qu'elle en avait assez de jongler uniquement avec des chiffres et autres rapports financiers, et qu'elle a decidé, après de nombreuses années passées en Extreme-Orient et à New York, de s'installer a Paris - " une ville so wonderful, magnifique, beautiful!" -, Fiona Scott-Roberts s'est lancée dans 1'aventure de la presse. Elle a fondeé en avril dernier, un mensuel, Boulevard, tout en anglais, destiné aux businessmen cosmopolites de la capitale, amateurs d'art, de culture et d'information. Une revue qui se presenterait une peu comme le petit frère dévergondé du Financial Times et du Wall Street Journal.
« Un tel magazine n'exis-tait pas en France. II y a bien Paris Passion, mais ce n'est pas vraiment le même creneau. Mon idée, c'est de rencontrer des gens qui bougent et de montrer la France à travers eux », explique la jeune femme qui, en 1'espace de six semaines, est arrivée a rassembler 1'argent nécessaire pour monter un tour de table et lancer Boulevard. « Pour trouver 1'argent, j'ai fait la cour au Financial Times et aupres des banques d'affaires americaines et françaises qu'heureusement je connais tres bien! Deux organismes français, Europar et Orfimar, ont accepté d'investir 10 millions de francs, et Bruno Rohmer, I'ancien président de L'Express, et I'actuel président d'Oros Communication, est devenu notre administrateur », souligne Fiona.
Restait une difficulté de taille à surmonter : la distribution. « Au départ, j'ai pensé m'associer a /'Herald Tribune qui aurait distribué notre mensuel avec son numero. Mais ils ont trouvé que ça le faisait trop de concurrence, et ils ont abandonné I'idee. » La femme d'affaires, spécialiste de l'economie internationale, a alors eu l'idée de creer son propre circuit de distribution. Elle a fait imprimer 60 000 exemplaires qui sont à la fois diffusés dans une cinquantaine de kiosques parisiens au prix de 30 francs, et éparpillés dans des hôtels et des hôpitaux qui accueillent surtout des Anglo-Saxons. Sans oublier les abonnements. « Le bouche à oreille fonctionne très bien, dit Fiona. Nous avons tons les jours entre 20 et 30 abonnements en France, sans compter ceux des Eiats-Unis et du Japon. Nous serons bientot distribués a Londres. »
Boulevard en est à son troisième numéro et 1'equipe - huit journalistes à plein temps qui travaillent dans une rédaction entièrement informatisée, maquette comprise - se declare entièrement satisfaite des premiers resultats. Fiona, elle, se verrait bien acheter d'autres titres français pour constituer un petit groupe de presse :
« C'est plus efficace... »




Isabelle NATAF.

LE FIG-ECO
MARDI 17 JUILLET 1990







Copyright 1998-2013 Parisfranceguide.com
This Site is powered by phpWebSite © The Web Technology Group