Get it off you chest !
Click here to contribute to this web site

 
Read It
Adult Education
Arts & Entertainment
Books
Business
Children
Child Education
City Guides
Communication
English-speaking Lawyers,
Doctors & Dentists
Family
Fashion and Beauty
Finding a Job
Health
Holiday and Travel
Language Schools
Legal and social matters
Making Friends
Moan & Groan
Money
Motoring
Property
Relocation
Restaurants
Settling in
Shopping
Weather
Wine and Food
Worship

Fiona avec ses jumeaux

FIONA LAZAREFF: UN MEILLEUR EVEIL A L'ANGLAIS, Madame Figaro, Avril 2000

Cette mère de famille écossaise a eu l'excellente idée d'ouvrir une mini-école à Paris pour enseigner l'anglais aux tout-petits et rencontre un succès sans précédent.



Passant a bicyclette, il y a un an, dans la rue de Fleurus, Fiona, journaliste installée à Paris depuis huit ans, aperçoit des bureaux à louer. Juste dans ce quartier du Luxembourg o elle habite et qu'elle aime, n'est-ce pas un signe du destin? Depuis un moment, déjà, cette mère de quatre enfants (bientot cinq!) réfléchit au moyen de combler, chez nous, le manque de matériel educatif anglais pour les tout-petits.
Les jumeaux: Nicolas et Natcaha

« C'est en cherchant des cassettes pour mes jumeaux - Nicolas et Natacha, quatre ans et demi - que je me suis rendu compte du peu de choses existantes en ce domaine." Et puis, Alexis et Victor (trois ans et dix-huit mois), eux aussi, allaient en avoir besoin. La blonde Ecossaise n'avait donc d'autre choix que de repartir acheter a Londres llvres, jeux, comptines, CD-ROM... bref, tout ce qui permet d'éléver des enfants bilingues. " J'ai mis les miens dans une école française et ils lisent déjà en anglais. Je n'ai pas encore rencontré d'enfants sortis bilingues d'écoles bilingues! Quant aux baby-sitters censées parler l'anglais aux enfants, cela ne marche pas si on ne leur donne pas du matériel. » En juin 1998, apres trois mois de recherches chez les editeurs, elle ouvre Le Children's English Learning Centre - Centre et non Center, pour ne pas oublier que nous sommes en France!, un lieu de rencontres chaleureux, offrant ce qu'on trouve de mieux dans le genre, made in England, USA ou Australia. « Des classiques qui ont fait leurs preuves et de l'imaginaire mais esthétique, les Français y sont sensibles...»Enorme succès dans le quartier. Tout le monde entre, réclame des cours. Très vite, fournir un service complet s'impose. Fiona va voir, à L'église reformée du Luxembourg de la rue Madame, une mère de famille d'origine britannique, enseignante depuis plus de trente ans, Madame Spencer-Bernard. Accord conclu. Elle donnera des cours, les mercredis, à une quarantaine d'enfants de trois à cinq ans. Aujourd'hui, Ie fichier du centre compte cinq cents demandes... Débordé par la demande, il ne cesse d'enrichir ses services : cours après l'école pour les plus grands, théâtre, activités musicales. « Nous montons un soutien pour les cinq-douze ans, des séjours... » Fiona prépare à sa facon l'avenir bilingue de nos enfants.
Fiona et son quatrième enfant

Cette fille de gentleman-farmer, diplômée d'économie, ( The London School of Economics) qui habita Hongkong et New York, a une grande qualité : elle adore la France! « Pour son art de vivre, sa gastronomie, ses vins... Mon mari fait très bien la cuisine. J'ai besoin de dimensions humaines, de repères, je suis très famille, c'est peut-être dû à mon signe (Cancer)?» Elle a grandi en pleine nature, monte à cheval à Fontainebleau et rêve d'une maison en Bourgogne. Forte de son succès dans le sixième arrondissement Fiona compte le deveiopper dans d'autres quartiers, « L'important est de mettre I'enfant à I'aise avec la langue, de développer son oreille. Pour que, sans forcément comprendre chaque mot, il se debrouille. » La voix du bon sens (isn't it?) puisque le XXI ème siecle parlera anglais ou ne parlera pas...

Claudia Schiffer Boulevard Magazine

Paris Boulevard, lancé par Fiona Scott-Roberts

Il s'appelle Paris Boulevard..........Telerama Mai 1990
II s'appelle Paris Boulevard, c'est un cent pages papier glacé, tout en couleur. Ses marraines, Fiona Scott-Roberts (une business-woman reconvertie dans la presse) et Laetitia Jettl-Guichard (qui dirigeait la version americaine de Elle) veulent en faire le premier magazine en langue anglaise de la capitale. Maquette impeccable mais articles un peu top axés sur «ceux qui ont reussi», ce mensuel très bcbg vise les touristes de luxe et les hommesd'affaires. II n' empietera donc pas sur les plates-bandes de Paris Passion, le pionnier — et le seul jusqu’ici – des journaux parisiens en anglais.
Mai 1990


Copyright 1998-2013 Parisfranceguide.com
This Site is powered by phpWebSite © The Web Technology Group